Auvergne-Rhône-alpes le Big Data intègre l’industrie du futur

Auvergne-Rhône-alpes le Big Data intègre l’industrie du futur

Le big data intègre l’industrie du futur en Auvergne-Rhône-Alpes Une première étape avant de nouvelles alliances des pôles de compétitivité régionaux.

Ce vendredi 2 mars, le Pôle Mont-Blanc Industries et le cluster Auvergne Efficience Industrielle étaient accueillis dans les locaux de Pfeiffer Vacuum à Annecy pour annoncer leur fusion au sein d’une nouvelle entité, Auvergne-Rhône-Alpes Industrie 4.0. Ce rapprochement stratégique va permettre d’intégrer les compétences du Big data, de la smart metrology et de l’accompagnement à la numérisation à l’industrie d’usinage de haute-précision et de mécatronique. Cette fusion est l’aboutissement d’une collaboration qui dure depuis trois ans et qui a montré la complémentarité des deux structures avec des projets comme le prototypage de la formation Data Scientist de l’ingénieur ou des approches communes sur la métrologie au service de la maintenance prédictive. Avec cette fusion, AURA Industrie 4.0 réaffirme l’ambition de ses deux parties d’accompagner les entreprises industrielles de la région face aux nouveaux enjeux du numériques, à l’industrie 4.0 et à ses potentialités. Outre la complémentarité de compétences sur laquelle capitaliser, cette fusion va permettre à la nouvelle entité de rayonner géographiquement sur l’ensemble de la nouvelle région en mutualisant les moyens. La prochaine étape est de créer une alliance entre les trois grands pôles de compétitivité que sont Mont-Blanc Industries, Plastipolis et ViaMéca qui réunit la force d’un collectif face aux grands appels à projet et l’agilité opérationnelle sur un territoire élargi.

L’industrie 4.0, l’usine du futur et la transition numérique sont au cœur de la stratégie du pôle Mont-Blanc Industries qui en a fait une priorité avec des projets comme Usitronic par exemple ou des projets de robotique pour l’usinage de pièces sensibles en aéronautiques, objets de plusieurs FUI labellisés par le pôle. De son côté, le cluster Auvergne Efficience Industrielle (e-cluster) s’est créé il y a trois ans à Clermont- Ferrand pour promouvoir l’innovation et l’efficience aux justes coûts à travers une utilisation pertinente des données fournies, notamment par l’industrie, par sa compétence en Big Data et traitement des données.
La collaboration entre les deux structures a débuté autour du label Mont-Blanc Excellence et très vite les liens se sont noués sur une vision partagée de l’industrie et des projets à mener autour de l’industrie 4.0 en alliant le savoir-faire lié au Big data à l’organisation de la transition numérique et à la smart metrology.
C’est ainsi que la formation de Data Scientist de l’ingénieur a vu le jour sous la direction du e-cluster avec le concours de cinq entreprises industrielles de Mont-Blanc Industries dont notamment trois responsables de Pfeiffer Vacuum. Cette formation première du genre est en validation à la Conférence des grandes écoles et un Master spécialisé (bac +6) ouvre dès la rentrée 2018 à l’école d’ingénieur Sigma de Clermont-Ferrand.
Des travaux concernant la métrologie et son impact sur la productivité sont également en cours. Ils viennent souvent compléter et confirmer dans leur esprit des travaux déjà engagés par les industriels du pôle en leur offrant ici de nouvelles compétences et de nouvelles perspectives pour les déployer.

Pérénnité et rayonnement
Cette fusion conforte la pérennité des actions menées par les deux structures qui conserveront leur marque respective et des actions en propre. AURA Industrie 4.0 devient ainsi un acteur incontournable de la politique industrielle en région Auvergne-Rhône-Alpes en mettant en œuvre la simplification administrative et la mutualisation de moyens attendue et en rayonnant à l’échelle de la région ainsi qu’au niveau national.

Alliance fureur et agilité
AURA Industrie 4.0 poursuivra cette démarche de construction d’un grand écosystème industriel de la région avec sa politique d’alliance qui permettra de répondre au niveau européen à plusieurs appels à projets. C’est ainsi que l’alliance stratégique nouée entre Mont-Blanc Industries et Plastipolis en 2016 va s’étendre à ViaMéca pour des projets communs porteurs pour l’ensemble du tissu industriel de la région. À travers cette méthode se dessinent deux idées fortes : la force du groupe d’une part, l’agilité et proximité préservées des structures d’autre part.

Ils ont dit« Cette fusion est le résultat d’une complémentarité évidente sur le plan tout d’abord de l’industrie 4.0 et de la géographie. Nous avions une vision et une stratégie commune que nous pouvons déployer pour rendre accessible l’industrie 4.0 à nos PME et ETI et relancer l’innovation de différenciation. »
Étienne Piot, président de Mont-Blanc Industries et d’AURA Industrie 4.0

« C’est la fusion d’une organisation plus verticale, le pôle, avec une organisation plus horizontale, le e-cluster pour aller plus loin ensemble sur le sujet de l’efficience industrielle, du traitement des données, du web sémantique et de l’IoT pour plus de performance. C’est pour nous également la possibilité d’être immédiatement au contact de partenaires industriels, de bénéficier de leurs données et d’accéder à des projets éligibles au FUI ».
Jean Michel Pou, président du e-cluster Auvergne Efficience Industrielle
« Avec notre activité essentiellement centrée sur le marché des semi- conducteurs, nous sommes concernés à double titre par la révolution numérique et la transition énergétique. Nous cherchons à aller plus loin dans le traitement des données que nous produisons, au service des clients et au service de notre propre efficience. Cette fusion démontre toute la pertinence des acteurs du pôle et du cluster et nous en avons déjà vu l’intérêt en participant au prototypage de la formation Data Scientist proposée par le e-cluster ».

« Nous travaillons sur 5 grands projets qui sont autant de porte d’entrée dans l’industrie 4.0. La traçabilité grâce au RFID, l’utilisation de la réalité augmentée pour offrir de nouveaux services, un projet cobotique avec l’expérimentation d’un exosquelette pour la logistique et la manutention ainsi qu’un projet d’impression 3D pour du prototypage. Notre projet le plus abouti est le rebouclage des machines d’usinage pour corriger toute dérive et ajuster. Notre rencontre avec le cluster AEI nous permet aujourd’hui d’aller plus loin et d’exploiter le big data pour les tests finaux des produits ainsi que pour la maintenance prédictive. », nous explique Éric Taberlet, président de Pfeiffer Vacuum SAS

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0