En direct du Parlement Européen avec la député européenne (PPE) Françoise Grossetête

En direct du Parlement Européen avec la député européenne  (PPE) Françoise Grossetête

Discours d’Emmanuel Macron au Parlement européen
Mardi 17 avril, le Président de la République française est venu exposer au Parlement européen à Strasbourg sa vision de l’Europe. Devant les Députés européens, il a souligné la complexité de la période actuelle (Brexit, montée de l’euroscepticisme) et a mis en avant deux axes de réponse : il plaide en faveur d’une « souveraineté européenne réinventée » et a appelé à faire vivre le débat européen.

Pour Françoise Grossetête, « Emmanuel Macron a proposé au Parlement européen une vraie vision pour l’Europe, portée par un solide sens de l’Histoire et des responsabilités qu’elle nous impose. Le Président signe ainsi le retour de la France en Europe. Une opération séduction réussie mais dont l’ambition doit maintenant se traduire en actes. »

Ayant elle-même souvent dénoncé les égoïsmes nationaux qui empêchent l’Europe d’avancer, elle ne peut que saluer le volontarisme du chef de l’Etat et son projet de souveraineté européenne : « Celle-ci est en effet le bon échelon pour préserver l’identité européenne et affronter efficacement les défis mondiaux du XXIème siècle. L’avenir nous dira si ce discours est la première pierre d’une véritable relance européenne et s’il a su convaincre les partenaires européens. »

Travail parlementaire

Fonds régionaux européens : pour une Europe concrète dans les territoires
Françoise Grossetête a voté mardi 17 avril en faveur d’un texte sur l’avenir de la politique de cohésion qui représente en France 15,5 milliards d’euros de fonds FEDER et FSE pour la période 2014 et 2020.

Pour elle, « ces fonds soutiennent de nombreux projets au sein de nos territoires, du financement des PME à la formation professionnelle en passant par le développement des infrastructures numériques ou la coopération entre régions européennes ».

Ce rapport intervient avant les propositions de la Commission européenne sur le prochain cadre financier et avant les propositions sectorielles qui sont attendues pour le mois de mai.

« Des propositions concrètes sont proposées en matière de simplification au profit des autorités de gestion ainsi que des bénéficiaires. Le rapport met également l’accent sur la nécessité de tenir compte des spécificités des différents territoires, qu’ils soient urbains, ruraux ou encore ultra-marins pour répartir les fonds européens. » souligne l’eurodéputée.

Le chiffre de la semaine
La France est le 3e pays européen en nombre d’hectares agricoles bio.

De nouvelles règles de certification et de contrôle des produits alimentaires bio vont entrer en vigueur dans l’Union européenne en 2021, après le vote d’un rapport jeudi 19 avril par les députés européens à Strasbourg.

Il est important de stimuler la production biologique et de garantir que seuls des aliments biologiques de haute qualité sont vendus dans l’UE.

Nomination de Martin Selmayr : Le Parlement dénonce un coup de force
Mercredi 18 avril, les Députés européens ont condamné les conditions de la nomination de Martin Selmayr, ancien directeur de cabinet du Président Juncker, au poste de Secrétaire général de la Commission européenne.

Françoise Grossetête s’est réjouie que les membres du Parlement européen, suite à leur travail d’enquête, condamnent avec la plus grande fermeté le coup de force de Martin Selmayr au mépris des règles de procédure : « Ce type de manœuvre dessert les institutions et donne à nos concitoyens l’image fausse d’un manque de transparence et d’une technocratie hors de tout contrôle politique ».

La députée européenne estime cependant que « demander la démission immédiate du secrétaire-général ne serait pas responsable dans le climat actuel. Cela fragiliserait la Commission à un moment où l’Europe a plus que jamais besoin de stabilité et de sérénité pour faire face au Brexit et à la montée de l’euroscepticisme. Il est sage de ne pas allumer des feux que nous ne saurions plus éteindre ».

Les eurodéputés inquiets de la baisse de la vaccination en Europe
Jeudi 19 avril, les députés européens ont exprimé leurs inquiétudes quant au recul du taux de vaccination en Europe et ont appelé à une plus grande transparence dans la production des vaccins, pour restaurer la confiance des Européens.

« La réticence croissante et de plus en plus répandue est préoccupante et a déjà eu de graves conséquences, telles que des épidémies de rougeole qui auraient pu être évitées dans certains pays » a souligné Françoise Grossetête. En effet, la vaccination permet d’empêcher environ 2,5 millions de morts par an dans le monde et pourrait permettre de réduire les résistances aux traitements antibiotiques.

« Une plus grande transparence en matière de production et d’évaluation des vaccins et de leurs adjuvants, de financement de programmes de recherche indépendants et des potentiels effets secondaires des vaccins contribuerait à restaurer la confiance dans la vaccination » estime Françoise Grossetête.

La Commission européenne doit présenter au deuxième trimestre 2018 « une initiative visant à renforcer la coopération sur les maladies évitables par la vaccination ».

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0