Lyon- Turin :400 salariés inquiets sur le chantier du tunnel

Lyon- Turin :400 salariés inquiets sur le chantier du tunnel

« Ca peut effectivement être une menace pour l’emploi dans la vallée » s’inquiète ce salarié devant la caméra du 20h de France 2 suite à l’installation en Italie de la nouvelle coalition gouvernementale dont une des composantes (le Mouvement 5 Etoiles) est hostile au projet. Depuis le début des travaux, le chantier du tunnel international est devenu en quelques années l’un des plus gros employeurs du territoire. Et ce n’est qu’un début. Plus de 2000 emplois directs, et deux à trois fois plus d’emplois indirects, seront créés pendant les 10 ans de travaux de réalisation du tunnel de 57,5 km sous les Alpes.  

« Amis de la Terre » ?

Parallèlement aux enjeux écologiques de la future liaison qui doit permettre de basculer chaque année 1 million de poids lourds de la route vers le rail pour désasphixier les vallées alpines, le Lyon-Turin est aussi résolument au service de l’emploi, de la compétitivité des territoires et de la croissance durable. Des enjeux dont semblent à l’évidence faire peu de cas les « Amis de la Terre » qui, au coeur de la séquence d’incertitude politique côté italien, viennent de déposer un nouveau recours contre le chantier. Dans le communiqué de l’association environnementaliste, de bancales considérations juridiques… mais pas un seul mot sur l’environnement ! 

Pendant ce temps, le chantier avance…

Dans l’attente de la position du nouveau gouvernement italien sur le Lyon-Turin, le chantier du tunnel international progresse à un rythme soutenu. A raison de plus de 15 mètres par jour, le tunnelier Federica (138 m de long, 2340 tonnes) a déjà creusé 3,5 des 9 km de la galerie de reconnaissance de Saint-Martin-la-Porte. La galerie est excavée dans l’axe et au gabarit du tunnel, c’est à dire qu’il s’agit bien de l’ouvrage définitif. Au total, 23 km de descenderies et de galeries ont été creusées côtés français et italien.

Dans le registre des financements, et en attendant la programmation pluriannuelle prévue dans la future Loi d’Orientation des Mobilités, l’Etat a affecté, à travers une convention signée en mai dernier, 270 M€ de crédits pour la réalisation en 2018/2019 des prochaines étapes des travaux définitifs de l’ouvrage. Côté italien, TELT vient d’attribuer un marché de maintenance de 3 M€ à un groupement de 6 entreprises pour le chantier de Chiomonte.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0