LYON-TURIN: l’urgence d’une programmation réaliste des accès français au tunnel de base

LYON-TURIN: l’urgence d’une programmation réaliste des accès français au tunnel de base

Le Conseil d’Orientation des Infrastructures (COI) a remis au
gouvernement son rapport sur la stratégie nationale
d’investissement dans les grandes infrastructures de transport.
Ce rapport est censé « éclairer » l’élaboration du projet de Loi
d’Orientation sur les Mobilités (LOM) qui doit être présenté en
avril au Conseil des ministres.
Le Comité pour la Transalpine conteste les recommandations

formulées par le COI concernant la liaison ferroviaire Lyon-
Turin, à savoir :

repousser au-delà de 2038 l’aménagement des accès français
(déclarés d’ « utilité publique et urgents » en 2013) au tunnel
transfrontalier dont le chantier est lancé pour une livraison à
l’horizon 2030
Investir,en attendant 2038,700M€ dans la modernisation de la
ligne existante Dijon- Modane pour développer les flux de fret
ferroviaire
Temporiser l’aménagement du Contournement ferroviaire de
l’agglomération lyonnaise (CFAL) dont la section Nord a été
déclarée d’utilité publique en 2012
A l’évidence, ces recommandations ne tiennent pas compte de
l’ensemble des données stratégiques de ce dossier : dimension
européenne, aménagement du territoire, développement
économique, compétitivité de la France dans les échanges
internationaux…
A travers ses propositions, le COI est en contradiction avec les
priorités affichées en ouverture de son rapport :
la transition écologique : sans voies d’accès performantes au
tunnel de base, et de contribuer efficacement à la lutte contre le
réchauffement climatique. C’est pourtant la vocation majeure du
programme européen Lyon-Turin face à la croissance
constante de trafic de poids lourds dans les Alpes.
La mobilité du quotidien:sans accès au tunnel de base
La soutenabilité financière : sans accès performants dès la
mise en service du tunnel de base. Par ailleurs,

à un axe de fret massifié européen.
A l’heure ou la Loi d’Orientation sur les Mobilités est en cours
d’élaboration, la Transalpine appelle à une large mobilisation
autour des objectifs majeurs suivants :
la relance rapide d’un processus de programmation des accès
français de la liaison Lyon- Turin, selon un phasage réaliste et
en cohérence avec le calendrier de mise en service du tunnel
de base transfrontalier à l’horizon 2030. Ce processus devra
intégrer la création d’une instance de concertation pilotée par
l’Etat et rassemblant les élus des collectivités locales
concernées par les accès. Objectif : envisager les éventuelles
modifications du projet initial des accès (coût prévisionnel pour
la France de 7,7 Md€) pour en alléger les coûts et élargir
significativement leur éligibilité aux financements européens.
L’inscription dans la programmation financière quinquennale
(2018-2022) de la Loi d’Orientation sur les Mobilités, des crédits
nécessaires à la conduite des études techniques relatives à la
programmation des voies d’accèsau tunnel de base dans le
cadre du processus évoqué ci-dessus.
La réalisation de la section Nord du Contournement ferroviaire
de l’agglomération lyonnaise (CFAL) déclarée d’utilité publique
en 2012.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0