Romain Migliorini, président de la MTRL répond à nos questions:

Romain Migliorini, président de la MTRL répond à nos questions:

 

 

 

 

 

 

 » Porter la politique de prévention »
Un nouveau mandat d’administrateur et une réélection à la
présidence du conseil d’administration de la Mutuelle à l’issue
de son assemblée générale, vous continuez à tracer votre route
aux commandes de la MTRL : un petit regard en arrière pour
évoquer les principales actions menées ces dernières années
avant de s’intéresser au programme de la Mutuelle pour les
mois à venir, quelles sont les réalisations les plus
marquantes, à vos yeux, de la décennie
écoulée ?
Romain Migliorini. – Il est intéressant, en effet, de remonter un
peu dans le temps et de voir comment, avec les ACM, nous
avons mis sur pied un véritable pôle de santé mutualiste à partir
de 2005. L’évolution de la législation (règles de solvabilité
notamment) et le regroupement nécessaire de la multitude de
mutuelles encore existantes nous y poussaient, et nous avons
pu mettre ainsi en commun nos atouts respectifs tout en
conservant, pour ce qui concerne la Mutuelle, une large
autonomie de fonctionnement.
Comme le rappelait Alain Schmitter, l’ancien directeur général
des ACM, à l’occasion du 50e anniversaire de la MTRL, en mai
2015, en alignant les structures de gestion, les statuts du
personnel et les contrats d’assurance santé et en offrant un
service informatique de premier plan à notre Mutuelle, le GIE
ACM la déchargeait de tâches administratives ingrates en lui
permet- tant de se consacrer entièrement à la protection sociale
et à la prévention.
médicales –, de normes et de mesures de conformité qui
pèsent sur notre activité. C’est une forte évolution des
conditions d’exercice de ce métier qui ne le facilitent en rien, «

les lois inutiles affaiblissant les lois nécessaires », pour
paraphraser les mots de Montesquieu.
Quels sont les principaux atouts de la MTRL en
2017 ?
R.M. – La proximité, l’expertise et le sens de l’adaptation. Et la
confiance de plus de 300 000 adhérents.
Dans un métier qui a vu, ces dernières années, l’émergence de
groupes de plus en plus importants et inévitablement moins
proches du quotidien des adhérents, nous défendons une
mutuelle de proximité portée par son réseau d’agences et des
services qui préservent la réactivité et l’efficacité (à l’exemple

de la Carte Avance Santé), la réponse locale (nos plates-
formes TEL SANTÉ) et le lien direct par la relation

commerciale.
La MTRL entend rester une mutuelle à taille humaine. Les
familles recherchent souvent des solutions globales, innovantes
et attractives. Nous avons des réponses convaincantes tant sur
la complémentaire santé que sur la prévoyance ainsi que pour
l’assurance des biens (auto, habitation).
En revanche, les contrats collectifs sont au cœur de notre
savoir-faire. Tout au long de son histoire, la MTRL s’est
fortement développée grâce aux contrats groupes.
Profitant des effets de cette loi, nous avons doublé le nombre
de contrats en le portant à plus de 2 000 en 2016. Il est
important de consolider cet acquis et de veiller au bon suivi de
ces engagements.
S’agissant des contrats individuels, la MTRL a bénéficié du
déploiement des contrats d’Aide à la complémentaire santé
(ACS). Ce sont des contrats particuliers et sous conditions de
ressources. La MTRL fait partie de la liste restreinte des
organismes sélectionnés par les Pouvoirs publics pour la
diffusion de ces
contrats définis par décret et qui bénéficient de l’aide financière
de l’État. C’est la MTRL qui diffuse ce contrat pour l’ensemble

de notre groupe. Plusieurs milliers de contrats ont été
comptabilisés en 2016 et intégrés à la Mutuelle.
Pour l’avenir, nous souhaitons promouvoir ce que nous
appelons le multi-équipe- ment, c’est-à-dire la promotion de
toutes nos gammes de contrats en complément de l’assurance
santé.
La MTRL est également en pointe dans le
domaine des mutuelles communales…
R.M. – Oui, et c’est également une illustration de l’esprit
d’innovation qui a toujours guidé notre Mutuelle. Une démarche
pionnière.
La MTRL a su faire référence dans le domaine des Mutuelles
communales depuis leur création en 2014. Il s’agit de proposer
une complémentaire négociée, des services et des actions de
parte- nariat aux habitants d’une commune, à ceux qui y
résident ainsi qu’à ceux qui y travaillent. Cela peut concerner

également un regroupe-
ment de communes. Ces nouveaux espaces de développement

demandent une approche prudente et des engagements fermes
et précis sur la durée. À ce jour, quelque 36 communes ont fait
le choix de la MTRL, pour de beaux projets, à taille humaine,
porteurs de nouvelles formes de solidarité.

Et quels sont ses axes de développement ?
R.M. – Les contrats individuels ont un peu souffert de la loi
imposant la généralisation des contrats obligatoires en
entreprise, applicable depuis le 1er janvier 2016.
Dès 2007, nous avons lancé le contrat Réflexe Prévention
Santé dont le succès a été immédiat et ne se dément toujours
pas puisqu’il a fait l’objet de plus de 110 000 adhésions à ce
jour. Quant à la Carte Avance Santé, qui permet aux assurés
ACM et MTRL de les dispenser de l’avance de leurs frais

médicaux, son développement se poursuit, quelque 8 millions
de paiements ayant été effectués de la sorte l’an passé.

Vous possédez une longue expérience du
monde mutualiste et des questions relatives à

l’économie de la santé. Quel regard portez-
vous sur les grandes évolutions du métier ?

R.M. – Vous avez raison de parler de grandes évolu tions.
J’insisterai notamment sur la professionnalisation accrue en
termes d’adaptation des contrats et des services et
d’optimisation des outils de communication (à l’exemple
d’internet) et de gestion. Dans ce contexte de compétitivité
permanente, nos métiers ont dû considérablement évoluer au
cours de ces dernières années. La MTRL y a pris toute sa part
grâce à un souci permanent d’adaptation et même
d’anticipation. Je rappelle toujours que nous avons été les
premiers à créer de grands contrats collectifs, à faire le choix de
l’informatique, à initier la télétransmission avec l’Assurance
maladie sur notre territoire, à nous engager dans la
prévention…
Aujourd’hui, la MTRL est l’un des rares grands acteurs de la
complémentaire santé à demeurer toujours présent et bien
présent, en ayant fait le pari audacieux de nouer des liens
étroits avec le Groupe Crédit Mutuel – CIC, qui nous apporte
tous les atouts d’une solidité économique déterminante.
Par contre, depuis quelques années, nous faisons l’objet
d’innombrables réglementations – je pense notamment au
contrat responsable, qui limite entre autres le niveau de
remboursement des consultations
médicales –, de normes et de mesures de conformité qui
pèsent sur notre activité. C’est une forte évolution des
conditions d’exercice de ce métier qui ne le facilitent en rien, «
les lois inutiles affaiblissant les lois nécessaires », pour
paraphraser les mots de Montesquieu.

La MTRL porte une vraie politique en faveur de
la prévention. Que pouvez-vous en dire ?
R.M. – C’est indéniable. La prévention est dans l’ADN de la
MTRL. Nous croyons que l’information santé et la prévention
sont les axes les plus positifs et les plus utiles pour sensibiliser
et responsabiliser sur la qualité de santé.
La prévention, le fait de prendre soin de sa santé et de celle de
ses proches, l’intérêt porté à toutes les formes de médecines, la
mise à disposition d’informa- tions pratiques sont au cœur d’un
engagement constant de la MTRL.
Au sein de notre groupe, nous sommes chargés de porter la
politique de prévention et, pour ce faire, de promouvoir le
dialogue avec les professions de santé.
Concrètement, la MTRL propose tout au long de l’année des
cycles de conférences thématiques, elle organise des forums et
des journées de mobilisation (en novembre dernier, par
exemple, avec la journée Santé Seniors à Lyon), un colloque
annuel d’économie de la santé…
De la même façon, la revue Mutuelle et Santé ainsi que notre
site internet mtrl-id.com assurent en continu une information
écrite et visuelle sur toutes les questions liées à la santé.
Pour revenir un instant sur cette opération auprès des seniors
de la Mutuelle, sous l’autorité scientifique de figures éminentes
de la gériatrie
française, nous souhaitons lancer rapidement une initiative afin
d’organiser un suivi médical attentif du plus grand nombre
possible de volontaires parmi nos adhérents âgés, dans les
domaines de l’alimentation, de l’activité physique et de la
surveillance de la prise médicamenteuse, pour pouvoir évaluer,
à l’aide de ces mesures simples et peu coûteuses, les
améliorations certaines de leur qualité de vie.
En 2018, nous irons plus loin avec une action autour du
dépistage de l’AVC grâce à Neurocoach, un boîtier innovant et
étonnant qui analyse le sommeil pour évaluer les risques

d’AVC. Nous allons promouvoir cette action tout au long de
l’année par des mailings et la mise à disposition du boîtier pour
une nuit. Nous sommes pour l’heure les seuls à proposer cette
démarche.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0