Accueil des gens du voyage : en marche arrière !

Accueil des gens du voyage : en marche arrière !

Par Jean-Claude CARLE Sénateur de la Haute-Savoie Vice-Président de la Commission de la Culture, de l’Education et de la CommunicationLe 31 octobre 2017, le Sénat adoptait en première lecture la proposition de loi initiée par les trois sénateurs de Haute-Savoie, tendant à soutenir les collectivités territoriales et leurs groupements dans leur mission d’accueil des gens du voyage.

Adopté à une très large majorité, ce texte permettait de clarifier le rôle de l’Etat, des communes et EPCI, modernisait les procédures d’évacuation et renforçait les sanctions pénales.
Repris et soutenu à l’Assemblée Nationale par mes collègues Virginie DUBY MULLER et Martial SADDIER, Députés de Haute-Savoie, ce texte a hélas été très largement vidé de sa substance par la majorité parlementaire En Marche lors des débats en Commission des Lois : ainsi, 6 articles sur les 10 que comportait ce texte ont été supprimés.

Lors des débats en séance publique à l’Assemblée Nationale hier, aucune évolution positive de ce texte n’a été constatée : tous les nombreux amendements déposés et défendus notamment par mes collègues Virginie DUBY-MULLER et Martial SADDIER ont été rejetés par la majorité parlementaire.
Le Gouvernement et les députés de la majorité démontrent ainsi par ces postures dogmatiques un décalage total entre leur conception de cette problématique et la réalité du terrain.

Alors qu’un nouveau seuil a été franchi par l’installation illicite d’un groupe de la communauté des gens du voyage dans l’enceinte même d’un collège de Bons-en-Chablais, cette attitude du Gouvernement et de la majorité parlementaire va à contre-courant des attentes des élus locaux et de nos concitoyens pour sanctionner ces comportements intolérables et méritant la plus grande fermeté.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0