Alerte la Région coule

Alerte la Région coule

Alerte la Région coule

par Jean-François Debat  Président du groupe Socialiste & Démocrate

Laurent Wauquiez est désormais à mi-mandat en tant que président de la deuxième région du pays. C’est toujours un moment de vérité politique. D’abord parce que les orientations prises sont maintenant définitives. Ensuite parce que les erreurs, errements ou omissions sont irrattrapables dans la durée du mandat qui reste. Le constat est clair : le bilan est extrêmement inquiétant.

Sans cap, ni boussole

En dépit d’atouts économiques, industriels, agricoles ou culturels majeurs, Laurent Wau-quiez a réussi l’exploit de transformer notre collectivité en bateau à la dérive, sans cap, ni boussole. Oui, la Région coule car elle n’existe pas par ses atouts ni par la qualité de ses poli- tiques ; elle n’existe que par les errements ou les provocations de son président, au chapitre « faits divers administratifs », souvent devant la justice administrative.

Car pour avoir un cap, il faudrait d’abord avoir un capitaine. Or, ce qui caractérise la gou- vernance Wauquiez, c’est son absence. La deuxième région de France a un président intermittent, gérant en pointillé, présent de manière exceptionnelle au conseil régional et réunissant les élus à peine quatre fois l’an (le minimum légal) en raison d’un agenda person- nel de chef de parti qui l’occupe ailleurs. Car la priorité de Laurent Wauquiez n’est pas la région Auvergne-Rhône-Alpes et ses 8 millions de citoyens.

La priorité, c’est son avenir individuel qui, se-lon ses plans, doit le conduire à la présidence de la République. Les seuls sujets sur lesquels Laurent Wauquiez s’investit sont ceux qui contribuent –croit il- à lui dessiner une stature de présidentiable. La Région est devenue un simple marche-pied.

Saupoudrage le plus souvent clientéliste

Dans quasiment tous les domaines, la majorité a fait le choix de distribuer l’argent de la région sans objectif politique, ni critères d’attribution : on peut donner 100 à Machin et 1000 à Truc pour des projets comparables. Manière de se créer une clientèle, des obligés à jamais rede- vables. La preuve de cette attitude ? 3 millions d’euros pour les chasseurs au moment où l’on « dézingue » les autres acteurs des politiques environnementale.

Autre exemple : faire le choix de distribuer des millions d’aide à des projets routiers, certes utiles… mais qui relèvent des départements, alors que, dans le même temps, l’argent manque justement pour sauvegarder des lignes de TER ou pour améliorer le confort des usagers.

la fusion, l’objectif stratégique oublié

Pour Laurent Wauquiez, Auvergne-Rhône- Alpes n’est qu’un assemblage de provinces. Le Dauphiné ici, le Lyonnais là, la Savoie de ce côté, l’Auvergne de l’autre. La preuve de cette vision tient dans sa tentative – ridicule – de créer artificiellement un blason de la région qui superpose les armoiries d’Auvergne, de Savoie, du Lyonnais et du Dauphiné. On nage en plein folklore passéiste.

L’enjeu stratégique du mandat 2016-2021 était pourtant clair : parachever la fusion des deux anciennes Régions. Personne ne pense que c’était simple. Mais à ce jour, rien n’a été pensé et tellement peu a été fait : quels équi- libres territoriaux entre les métropoles et les

villes moyennes ? Comment mieux articuler l’Ouest et l’Est de la nouvelle grande région ? Comment prendre en compte la mobilité et ses coûts à l’échelle de la région ? Comment dessiner le lycée du futur avec la communauté éducative ? Et surtout, comment donner corps à une région d’après COP21 pleinement actrice de la transition écologique qui conditionne notre avenir sur cette Terre ? Toutes ces ques- tions sont laissées sans réponse par l’exécutif de Laurent Wauquiez : ce n’est pas avec cette vision dépassée que notre Région préparera l’avenir des 20 ou 30 prochaines années.

«Plus c’est gros, plus ça passe»

Enfin, Laurent Wauquiez nous a habitués à ses coups de communication. Plus c’est gros, plus ça passe. A l’entendre, il est le meilleur gestionnaire de France en raison d’écono- mies massives sur le budget de la Région. Tout d’abord est-on un bon gestionnaire lorsqu’on se fait censurer son budget par la justice ? A l’évidence non. Ensuite, est-on un bon gestion-naire lorsque les économies sont faites sur le dos des Auvergnats et des Rhônalpins et sur les politiques publiques du quotidien comme les trains, les lycées, la formation –savez vous par exemple que la moitié des « économies » réalisées le sont au détriment des chômeurs de notre région ?

Le groupe Socialiste & Démocrate fait d’autres choix. Prenez connaissance de notre lecture des politiques menées par Laurent Wauquiez. Nous travaillons d’ores et déjà à un véritable projet alternatif pour Auvergne-Rhône-Alpes. Il est grand temps car le bateau coule.

En dépit d’atouts économiques, industriels, agricoles ou culturels, Laurent Wauquiez a réussi l’exploit de transformer notre collectivité en bateau à la dérive, sans cap, ni boussole.

Oui, la région coule.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0