Collomb retrouve la place de la Comédie

Collomb retrouve la place de la Comédie

Après sa spectaculaire sortie du Ministère de l’Intérieur, Gérard Collomb retrouvera son poste de maire de Lyon à l’issue du Conseil municipal du 5 novembre suite à la démission de  Georges Képénékian. Ainsi a-t-il quitté la place Beauvau pour retrouver celle de la Comédie.

Depuis son retour, il est déjà en campagne pour les prochaines municipales battant le pavé entre Rhône et Saône. Pour autant, le scénario n’est pas écrit d’avance. Son image est brouillée. Premier grand élu à soutenir Macron qui l’a fait ministre d’Etat, il annonce aujourd’hui vouloir se représenter pour un 4eme mandat de maire mais sans l’étiquette « La République en Marche » tandis que son épouse Caroline Collomb est la cheftaine du mouvement macroniste entre Rhône et Saône.

Cette dernière est critiquée par les cadres du mouvement et ne s’entend pas au mieux avec les députés LREM. Si le retour de Gérard Collomb dans le fauteuil de maire est une formalité puisqu’il dispose d’une très large majorité au sein du conseil municipal, il n’en sera pas de même à la Métropole où le dauphin David Kimelfeld entend bien poursuivre son action.

L’âge du capitaine

Les premiers sondages sont mitigés pour Collomb. Ses ex- camarades de gauche lui tournent le dos, les marcheurs sont divisés à son égard et la droite pourrait retrouver du poil de la bête en même temps qu’un leader incontestable c’est à dire  jouissant des compétences et de la notoriété suffisamment forte pour fédérer des troupes éparses. A ce jour, l’oiseau rare reste à trouver.

Et c’est bien là la chance de Collomb qui, par ailleurs,  bénéficie d’un bon bilan à la tête de la ville. Reste l’âge du capitaine. Jeune député en 1981, il pourfendait les vieux barbons de la politique. En 2020, il affichera 73 printemps au compteur. Passe encore pour exercer un 4eme mandat, mais n’est ce pas un peu trop pour incarner l’avenir ? Il lui faudra beaucoup de talent pour y parvenir. Mais ne le sous- estimons pas. Il a montré, par le passé, ses qualités de compétiteur. Reste que la donne change de plus en plus vite. Le corps électoral aussi avec des jeunes « éleczappeurs » et des retraités au pouvoir d’achat malmené qui peuvent réserver des surprises. Sans oublier que les cartes seront rebattues après les européennes de juin 2019.

La période qui s’ouvre sera, à n’en pas douter passionnante et pleine de rebondissements. Les jeux sont loin d’être faits. Rien ne va plus.

A l’heure où nous mettions sous presse, nous étions toujours dans l’attente du gouvernement Philippe III qui devrait révéler son lot de surprises. Qui conservera son maroquin? Qui perdra son strapontin?

En 1986, Collomb faisait campagne aux législatives pour la retraite à …60ans (©voxnews)

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0