LYON: 38 300 écoliers

LYON: 38 300 écoliers

Cette rentrée 2018 est marquée par des évolutions importantes pour les 200 écoles et les plus de 38 300 écoliers lyonnais. Au terme d’une consultation ouverte de plusieurs mois, la Ville de Lyon a fait le choix de repenser l’organisation globale de la semaine, intégrant tous les temps de l’enfant (en articulant temps scolaires, périscolaires et extrascolaires). Objectif : proposer un projet pérenne qui crée les conditions d’une meilleure réussite pour tous les enfants tout en tenant compte des besoins des parents.
Autre innovation pour cette rentrée : la restauration scolaire poursuit sa conversion au bio et aux produits locaux. Le partenariat avec Elior qui gère la cuisine centrale de Lyon est relancé pour 4 ans avec un cahier des charges toujours plus exigeant en matière de qualité d’approvisionnement, de goût. Désormais 40% des ingrédients seront issus de l’agriculture biologique.
Enfin, parce que l’attractivité de Lyon se reflète dans le dynamisme de la démographie scolaire,
la Ville intensifie ses projets de construction de nouvelles écoles et d’aménagement de son patrimoine immobilier (avec 25 millions d’euros supplémentaires sur ce mandat). Cela va permettre de créer deux groupes scolaires en plus des trois déjà prévus d’ici 2020, soit l’équivalent de 83 nouvelles classes. Plusieurs chantiers sont en cours : Girondins (dans le 7ème arr), Berliet (dans le 8ème arr) pour des ouvertures à la rentrée 2019 et Joannes Masset (dans le 9ème arr) pour la rentrée 2020.
Une organisation cohérente au service des enfants
A l’automne 2017, la Ville a fait le choix de lancer une large consultation, ouverte à tous, sur la question des temps de l’enfant, en tirant les leçons de l’organisation en vigueur depuis 2014. Après plusieurs semaines d’échanges et de contribution, deux propositions apportant chacune des évolutions notables ont été soumises au vote des conseils d’école. Au final, 85 conseils d’école (soit 51%) ont choisi l’emploi du temps comprenant 4 jours de classe et une offre périscolaire le mercredi matin, plutôt que le scénario sur 4,5 jours de classe avec un temps périscolaire le vendredi après-midi soutenu par 74 conseils d’école (soit 44%).
Ce qui change pour cette rentrée
Désormais, la semaine comprend 4 jours d’enseignement scolaire avec une matinée d’apprentissage renforcée (3h30 contre 2h30 l’après-midi). Elle s’accompagne d’une nouvelle offre d’activités : le soir de 16h45 jusqu’à 18h30 le lundi, mardi, jeudi et le vendredi, et le mercredi matin : de 8h30 à 12h.
A cela, s’ajoute la généralisation à toutes les écoles des garderies gratuites dès 7h50 (le lundi, mardi, jeudi et le vendredi).
Ce nouvel emploi du temps a été conçu pour apporter des améliorations à l’organisation actuelle en misant sur la cohérence entre l’ensemble des séquences de la semaine, à travers la qualité pédagogique, la complémentarité des activités proposées, la sécurité de l’encadrement. En lien avec son Projet Educatif De Territoire (PEDT) et avec les temps scolaires gérés par l’Education Nationale, une déclinaison de parcours thématiques (autour du sport, le numérique, la culture, la citoyenneté) sera proposée après l’école et le mercredi matin.
Pour mener à bien son nouveau projet, la Ville de Lyon s’appuie sur l’expertise et les compétences des professionnels de l’enfance, de l’animation, de l’enseignement. Cette année, elle entend encore enrichir le partenariat local ancien et fructueux avec les acteurs de l’éducation populaire et ainsi créer une dynamique pérenne propice à l’épanouissement et au bien-être des écoliers lyonnais. La Ville fédère ainsi tous les savoir-faire à travers des structures bien implantées dans chaque quartier et des équipes compétentes.
Les MJC, les centres sociaux, les Maisons de l’Enfance et les associations assimilées, par leur travail de proximité, contribuent au développement social local dans les quartiers populaires et dans les territoires situés hors géographie prioritaire. Elles se sont largement investies lors de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires en 2014. Et lorsque la Ville a lancé sa consultation pour concevoir une nouvelle organisation l’an dernier, elles ont contribué activement à la réflexion qui a abouti aujourd’hui à ce nouveau projet.
Cette rentrée voit l’arrivée de trois nouveaux partenaires associatifs qui ont souhaité intervenir sur les temps périscolaires : la Fédération Léo Lagrange, la Ka Fête ô Mômes et le Centre social Bonnefoi. Ainsi, 30 associations d’éducation populaire organiseront et animeront 60% des accueils de loisirs dans les écoles de Lyon – 64 maternelles et 56 élémentaires.
Le partenariat qui lie les structures d’éducation populaire et la Ville de Lyon se concrétise par des conventions pluriannuelles. Les subventions que la Ville octroie à ces différents acteurs s’élèvent à 15,89 millions d’euros pour l’année 2018, dont près de la moitié pour les temps périscolaires.
Une première période, de 16h45 à 17h30, dénommée « APRES LA CLASSE ». Il s’agit d’un moment de transition pour se détendre et goûter. Il offre également des temps éducatifs accessibles à tous les enfants, adaptés aux différents âges et favorisant l’expression orale et écrite ou la lecture des leçons.
Une seconde période, de 17h30 à 18h30, dénommée « LA FIN D’APREM’». Il s’agit d’activités organisées par cycles et par thèmes (lecture, échecs, jeux, sports, éveil corporel…).
Le mercredi : « LES ATELIERS DU MERCREDI »
Des activités sont proposées de 8h30 à 12h00. Ce temps décline des ateliers ludiques et éducatifs pour développer les apprentissages ainsi que des propositions spécifiques pour les 3-6 ans. Ils sont organisés selon des parcours thématiques (culture, sports, sciences et numérique, citoyenneté) pour tous les enfants. Les « ateliers du mercredi » ont lieu à l’école ou à proximité.
La Ville de Lyon a choisi de proposer des garderies gratuites dans toutes les écoles le matin et a établi une tarification adaptée pour chacune des nouvelles séquences d’activités. L’objectif est de répondre au mieux aux besoins exprimés par les Lyonnais avec des tarifs qui favorisent l’accessibilité de tous aux services proposés. Dans un souci d’équité et de justice sociale, les capacités financières de chaque foyer
sont prises en compte par le biais du quotient familial municipal. A noter que le quotient familial municipal intègre le nombre de parts fiscales et donc la composition du foyer (pas uniquement le nombre d’enfants scolarisés).
Ainsi, le tarif de la tranche « APRES LA CLASSE » de 16h45 à 17h30 est volontairement modique. Il s’agit d’une inscription annuelle forfaitaire allant de de 10 euros à 70 euros par enfant, selon le quotient familial municipal.
La séquence de 17h30 à 18h30, « LA FIN D’APREM », prolonge l’accueil toujours avec un taux d’encadrement qualitatif et des activités thématiques. La tarification s’échelonne de 0,57 euros à 5,77 euros de l’heure par enfant. L’inscription est possible par période (entre deux vacances scolaires) et avec une fréquence à définir par les familles concernant les jours de la semaine.
« LES ATELIERS DU MERCREDI » proposent un temps d’activités complémentaire des apprentissages scolaires, d’une durée de 3h30. La tarification se fait sur le modèle des Vendredis Aprem’ qui existaient jusqu’à présent. Elle varie de 1,05 euros à 5,88 euros pour la matinée, soit annuellement de 38 euros à 212 euros. Les inscriptions peuvent se faire à l’année ou au semestre.
Sans oublier la pause méridienne : pour l’éveil et le bien-être des enfants
Loin d’être un simple intermède entre deux demi-journées de classe, la pause méridienne est devenue depuis la réforme des rythmes scolaires en 2014, une séquence pédagogique à part entière, permettant de proposer des actions de qualité que ce soit autour de l’alimentation, du gaspillage, de la santé, et globalement des activités ludiques ou d’éveil sans oublier le repos. Désormais, ce temps est allongé de 15 minutes pour permettre plus de sérénité dans la prise du repas et le développement de « temps calmes » après le déjeuner (sieste, lecture, relaxation..) et ainsi aboutir à une meilleure entrée dans les apprentissages de l’après-midi.
Expérimentations
Tenant compte de certaines contributions issues de la consultation sur les temps de l’enfant, la Ville de Lyon a, par ailleurs, décidé d’une expérimentation concernant les maternelles. Dans une dizaine d’écoles réparties dans tous les arrondissements, il sera possible, pour les maternelles qui déjeunent à l’extérieur, de revenir à l’école à 13h30, dès le 10 septembre. Cela permettra d’évaluer l’impact de la pause méridienne sur le déroulement de la sieste et la suite des apprentissages de l’après-midi.
Autre initiative qui concerne le repas : des associations partenaires ont souhaité tester la possibilité de faire manger les animateurs à table avec les enfants. Une dizaine d’écoles sera concernée, après les vacances de Toussaint.

FOCUS SUR… La Maison pour Tous des Rancy,
Acteur du partenariat éducatif avec la Ville de Lyon
Acteur majeur de l’éducation populaire à Lyon, la Maison Pour Tous des Rancy est particulièrement impliquée dans l’offre d’accueil sur les différents temps de l’enfant impulsée par la municipalité. Située au 249 rue Vendôme dans le 3ème arrondissement, dans des locaux municipaux, elle vient de bénéficier d’importants travaux menés par la Ville de Lyon. 870 000 euros ont été investis pour améliorer l’accessibilité, réaliser une extension de 100m2 permettant de créer de nouvelles salles pour l’accueil des enfants et de repenser les bureaux du personnel en les agrandissant.
La Maison Pour Tous des Rancy (MPT) est une structure associative de 152 salariés qui fait partie des 12 Maisons des Jeunes et de la Culture (MJC) de Lyon. Depuis plus de 50 ans, elle contribue au développement social et culturel du quartier de la Guillotière, et bien au-delà, en s’ouvrant à des adhérents de toute la ville et de la Métropole (4000 adhérents actuellement), avec une offre d’activités et d’animations volontairement très diversifiée. Son objectif est de permettre l’accès à la culture et aux loisirs du plus grand nombre, de développer la citoyenneté et de favoriser l’épanouissement des personnes.
La MPT est un partenaire de la Ville de Lyon pour l’animation du territoire, leurs relations sont régies par une convention. Ses ressources proviennent d’une part de subventions de la municipalité, mais aussi de l’Etat et des collectivités territoriales. Une autre part de son financement provient des cotisations aux activités des adhérents.
Depuis 2014 et la première réforme des rythmes scolaires, elle organise des accueils de loisirs périscolaires pour les écoles du secteur (Painlevé, Mazenod et Saint-Exupéry). Pour cette rentrée, en plus de ces 3 établissements, elle a souhaité organiser les accueils périscolaires de l’école Léon Jouhaux.
INVESTIR POUR L’AVENIR DES ECOLES
Très dynamique ces 25 dernières années, Lyon connait même une accélération de sa croissance démographique depuis 2010, avec un gain de 5 800 habitants par an en moyenne. Les écoles de Lyon sont forcément impactées par ce phénomène. Entre 2011 et 2017 on constate l’arrivée de plus de 500 élèves de plus par an dans les écoles publiques (l’équivalent de 19 classes par an).
La Ville est donc mobilisée pour accueillir les enfants dans de bonnes conditions en modernisant son patrimoine immobilier et en construisant de nouveaux établissements. Pour anticiper et organiser ces grands chantiers, elle s’appuie sur son observatoire urbain qui permet de collecter toutes les données
pour identifier les évolutions urbaines, sociales et démographiques de la ville quartier par quartier, et ainsi localiser les implantations des futures écoles. Les études de l’observatoire urbain ont permis d’identifier la Confluence, Part-Dieu, le 7ème arrondissement, le 8ème arrondissement, ou encore Vaise-Industrie comme faisant partie des secteurs les plus dynamiques de la ville, fléchant ainsi les principaux projets de rénovation et construction de groupes scolaires.
Cette attractivité croissante a conduit la municipalité à renforcer son plan d’investissement dédié à l’éducation, avec 25 millions d’euros supplémentaires qui ont été votés lors du conseil municipal du 28 mai 2018. Cela permettra, d’ici 2020, la réalisation de deux groupes scolaires en plus des trois déjà prévus (soit l’équivalent de 83 nouvelles classes), ainsi que l’anticipation de plusieurs opérations importantes en termes de rénovation et d’extension qui étaient initialement prévues après 2020.

Les chantiers en cours
Groupe scolaire des Girondins – 7ème arrondissement Ouverture en septembre 2019 – 18 classes
Ce groupe scolaire fera partie des équipements publics de la ZAC des Girondins située au Nord de Gerland. Il s’insère dans un nouveau quartier qui
combine une d’usages : commerces, tertiaires et espaces publics. La future école comprendra 18 classes, un restaurant avec un self- service en élémentaire, un gymnase qui pourra être ouvert à des activités extérieures. Le projet, d’un coût de 16,8 millions d’euros, a été confié, suite à un appel d’offre, au groupement BOUYGUES, Babylone Architecte. Les travaux ont débuté en mars 2018.
Depuis 2016, une école provisoire modulaire composée de 10 classes a pris place au sud de la ZAC, rue Clément Marot pour accueillir les enfants du secteur en attendant l’ouverture de ce nouveau groupe scolaire.
Groupe scolaire Berliet – 8ème arrondissement Ouverture en septembre 2019 – 18 classes
quartier qui accueillait auparavant les Usines Berliet. D’un coût de 19,2M€, il comprendra 18
Ce groupe scolaire fait partie du programme
des publics Urbain (PUP) s’inscrit dynamique renouvellement de ce
équipements du Projet Partenarial Berliet. Il dans la declasses, un restaurant avec un self-service en élémentaire, un gymnase scolaire. Il est mitoyen d’une crèche. Le chantier a déjà débuté. Il a été confié, suite à un appel d’offre, au groupement EIFFAGE Construction, Atelier Didier DALMAS Architecte.
Groupe scolaire Joannès Masset – 9ème arrondissement Ouverture en septembre 2020 -18 classes Il comprendra 18 classes, un restaurant avec un self-service en élémentaire, un gymnase scolaire également ouvert à des activités extérieures. Suite à un concours de maîtrise d’œuvre, le projet a été confié à l’Atelier Didier DALMAS Architecte. L’opération comprend préalablement des démolitions et le repositionnement de locaux pour un montant de 2,65 millions d’euros. La construction du groupe scolaire lui-même représente un budget de 15,3 millions d’euros. Les travaux débuteront en septembre 2018.
Compte tenu de changements de réglementation et pour accueillir les élèves du futur groupe scolaire Joannes Masset, une école provisoire de 10 classes a été ouverte en septembre 2017dans le parc Montel situé dans le secteur. Coût de l’opération : 5,5 millions d’euros.
2 écoles supplémentaires d’ici 2020
Groupe Scolaire provisoire Duvivier Cronstadt – 7ème arrondissement Ouverture septembre 2019 – 11 classes Cette école provisoire a été décidée en préfiguration d’un nouveau groupe scolaire qui sera
créé dans le cadre du PUP Duvivier Cronstadt pour la rentrée 2022. D’ici là, pendant 3 années scolaires, une école sera donc installée dans l’enceinte du parc Blandan, au niveau de la place d’armes. Cet emplacement a été choisi car il constitue un espace favorable pour les enfants a plusieurs titres : environnement, qualité de l’espace, possibilités d’activités pour le périscolaire…. Ce projet se fait évidemment dans le respect du site privilégié qu’est le parc Blandan. Le groupe scolaire comprendra 11 classes et un restaurant scolaire. Le coût de cet établissement préfigurateur s’élève à 5 millions d’euros. Le projet sera établi en maîtrise d’œuvre interne Ville de Lyon. Les travaux débuteront à l’automne 2018.

Groupe Scolaire Julien Duret – 8ème arrondissement Ouverture septembre 2020 – 18 classes
Initialement prévu pour le prochain mandat, ce groupe scolaire pouvant accueillir 18 classes
ouvrira ses portes dès la rentrée 2020. Il s’inscrit dans le cadre du Projet urbain partenarial (PUP) Patay. La future école va permettre d’améliorer les conditions d’accueil des enfants du secteur Moulin à vent- Grand trou en pleine croissance. Cette opération sera conduite en maîtrise d’œuvre interne. Le projet comprend, en plus du bâtiment principal dédié aux classes, un restaurant scolaire et un gymnase. Budget de cette réalisation : 13 millions d’euros, avec des financements privés apportés par les PUP Patay et Saint Vincent de Paul. Le gymnase sera livré un an après l’ouverture de l’école, soit en 2021.

Au-delà de 2020, au moins 5 écoles de plus
L’anticipation des besoins en équipements scolaires dépasse le mandat actuel afin d’accompagner à long terme le développement du territoire et l’avancement des grands projets urbains. Des études ont ainsi été lancées dans ces nouveaux quartiers dynamiques.
Groupe scolaire Confluence (Lyon 2) – 2021- 15 classes
Groupe scolaire Duvivier Cronstadt (Lyon 7) – 2022 – 19 classes Groupe scolaire PUP Gingko (Lyon 7) – 2023
2 projets à l’étude pour Mermoz Sud (Lyon 8) : Pasteur et
Olympe de Gouges

Dédoublement des CP et CE1 en Réseau d’Education Prioritaire
Lors de la précédente rentrée scolaire, le Ministère de l’Education nationale avait initié une réforme dans les écoles en REP + (Réseau d’Education Prioritaire +) pour mettre l’accent sur les apprentissages fondamentaux « lire, écrire, compter » dans les quartiers populaires. Ainsi, les classes de CP ont été dédoublées (soit 12 élèves maximum). Et cette année la réforme est étendue : elle concerne également les CP en REP et les CE1 en REP+.
Afin de mener à bien cette organisation spécifique sur son territoire, la Ville de Lyon s’est mobilisée dans l’aménagement de ses établissements par des travaux pour adapter les salles ou créer de nouvelles classes, et éventuellement par l’installation de structures modulaires.
Pour cette rentrée 2018 : ces dédoublements de classes concernent 10 écoles en REP dans les 7ème, 8ème et 9ème arrondissements, et 9 écoles en REP+ dans les 8ème et 9ème arrondissements. Cela a conduit à la création de 33 classes de CP et 14 classes de CE1. Plus de 522 000 euros ont été investis par la Ville de Lyon.

RESTAURATION SCOLAIRE : TOUJOURS PLUS DE BIO DANS LES ASSIETTES
(viandes, légumes, laitages, fruits), et 30% des produits servis sont à la fois bio et locaux.
Aujourd’hui, la Ville de Lyon réaffirme et renforce son engagement en faveur d’une alimentation saine et responsable. Elle dépasse largement les futurs seuils de la loi Alimentation (qui mentionne un seuil global de 50% de produits de qualité et labellisés).
Le nouveau marché de fournitures de repas qui entre en vigueur à cette rentrée scolaire prévoit 40% de bio dans les assiettes, soit 8% de plus qu’actuellement. Sur 840 composants des menus, 336 seront d’origine bio contre 269 actuellement. Cette part supplémentaire devra être issue d’exploitations certifiées « Agriculture Biologique » ou en conversion.
Et pour les années à venir, la Ville poursuivra encore ses efforts pour atteindre 50% de produits spécifiquement bio dans les repas d’ici 2022.
Il y a près de 15 ans déjà que la Ville a fait le choix de miser sur des produits de qualité, en circuits courts et issus de l’agriculture biologique dans les menus de ses restaurants scolaires. Jusqu’à cette année, le bio représentait déjà 32%
des ingrédients proposés

Autre évolution notable : toutes les volailles devront être élevées en plein air, de même que les œufs proposés dans les menus. Parallèlement, la Ville de Lyon privilégie toujours un approvisionnement local : 55 % de ses produits sont issus d’exploitations ou de sites de fabrication situés à moins de 200 km de Lyon.
Compte tenu de la forte hausse du nombre d’enfants inscrits à la restauration scolaire ces dernières années, la Ville se doit d’adapter et de moderniser ses locaux. Pas moins de 14 millions d’euros sont consacrés sur ce mandat (2014-2020) à la rénovation,
l’extension et la création de restaurants scolaires pour développer une pause méridienne de qualité. Pour les élèves d’élémentaire, la Ville mise sur le self-service. Cette configuration est privilégiée car elle comporte de nombreux
avantages : elle permet d’améliorer le service des repas, de développer l’autonomie des enfants, d’augmenter les capacités d’accueil des salles de restaurant et d’améliorer les conditions de travail du personnel.
Sur les 126 restaurants scolaires des écoles publiques lyonnaises, il y en a actuellement 92 en élémentaires, dont 64 sont des self-services.

CUISINE CENTRALE DE LYON / LES CHIFFRES CLES
17 millions d’euros d’investissement
1 légumerie d’une capacité de 6 tonnes/jour
1000 m2 de chambres froides
200 m2 de hall de cuisson
2 quais d’approvisionnement
7 quais de départ de livraisons
capacité de production :
35 000 repas / jour max.
Nouveauté: le e-service « commande/décommande des repas »
Les parents d’élèves disposeront courant septembre d’un nouveau e-service destiné à leur faciliter la vie (et qui permettra par extension de lutter contre le gaspillage alimentaire). Sur le site web de la Ville www.lyon.fr comme sur l’appli Ville de Lyon, ils pourront, en quelques clics, inscrire leurs enfants à la restauration scolaire et annuler cette inscription en cas d’imprévu (maladie…) dans un délai de 48 heures avant le jour concerné.
Cette plateforme permet également de choisir le menu des enfants à l’avance, pour une période de 6 semaines, puisque deux choix sont proposés (option menu sans viande).

CHIFFRES CLES DE LA RENTREE 2018/2019
38 349 élèves 200 écoles : 107 maternelles et 93 élémentaires
1484 classes : 548 maternelles, 906 élémentaires et 30 ULIS (pour les enfants en situation de handicap)
28 712 enfants inscrits à la restauration scolaire
3,3 millions de repas servis par an, soit 23 600 repas / jour en moyenne 126 restaurants scolaires : dont 64 selfs
29 148 enfants inscrits sur l’ensemble des séquences d’activités périscolaires
(Un enfant peut être inscrit à différents temps) • Accueil du matin : 7236 places de garderie sur l’ensemble des écoles (contre 4429 l’an dernier) • Pause de midi : 28 712 inscrits
• Séquence « Après la classe » : 16 340 inscrits • Séquence « Fin d’aprèm’ » : 7 702 inscrits • Ateliers du mercredi : 9 588 inscrits
120 accueils de loisirs associatifs et 80 municipaux
1 779 agents permanents de la Ville de Lyon dans les écoles
Budget de fonctionnement de la Ville pour l’éducation : 102 M€
+ 25 millions d’euros d’investissement ajoutés à l’enveloppe initiale de 140 millions d’euros pour la période 2015-2020
Création de 5 nouveaux groupes scolaires
Données provisoires recueillies au 29 août 2018

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0