Le Maire de Francheville écarté de l’exécutif du Sagyrc

Le Maire de Francheville écarté de l’exécutif du Sagyrc

Michel Rantonnet, Maire, conseiller métropolitain, déplore que
Francheville ne soit pas représentée au Syndicat d’aménagement et de
gestion de l’Yzeron du Ratier et du Charbonnières et qui impose la
construction d’un barrage dans sa commune.

Pourquoi Francheville ne participera pas à l’exécutif du Sagyrc ?
Au comité syndical du 28 février 2018, aucune Vice- Présidence n’a été attribuée
à Michel Rantonnet, alors que Francheville est la ville qui dispose du plus grand
linéaire de cours d’eau géré par le SAGYRC.
Le Président Badoil a estimé « qu’il n’est pas possible de confier une fonction de
Vice-Président avec une délégation, à un maire hostile au barrage à Francheville
».
Au terme de cette élection, Michel Rantonnet a confirmé en séance au Président
que « les deux positions sur le barrage étaient définitivement inconciliables ».
Auparavant, le Conseil s’était prononcé pour un exécutif avec 5 Vice-Présidents,
alors que les statuts du Sagyrc permettent la constitution d’un exécutif avec un
maximum de 11 vice-présidents.
Jusqu’en 2020, Michel Rantonnet est mis à l’écart de toutes les décisions
qui concerneront la construction du barrage à Francheville.
Il n’est pas acceptable que Francheville ne soit pas représentée aux décisions du
Sagyrc, qui impose un barrage dans notre ville … Désormais, cette stratégie ne
respecte pas le droit des minorités et conduit au rejet du barrage par la
population.
Le Sagyrc doit assumer ce déni de démocratie représentative, dont le syndicat
n’avait pas besoin, puisque l’objectif est de protéger toutes les populations contre
les inondations, et non pas contre Francheville.
Quels seront les impacts du barrage à Francheville ?
1/ il n’existe pas en France de barrage de ce gabarit construit en zone urbaine.
2/ Francheville serait la ville la plus impactée par un barrage monstrueux : long
comme 2 terrains de foot et aussi haut qu’un immeuble de 7 étages.
Le Sagyrc doit actualiser d’autres solutions de protection contre les
inondations :
1/ Le projet de barrage est conçu par le même cabinet d’ingénierie depuis 20 ans,
sans contre-expertise réalisée, ni même prévue.
2/ La France ne compte pas de barrage en en zone urbaine. Les risques de
barrages pour les populations en zone urbaine doivent être actualisés, au regard
de la sécurité des 4 000 habitants de Francheville le Bas.
3/ Le Sagyrc doit respecter les objectifs environnementaux de la Métropole
lyonnaise fixées par le SCOT et les objectifs de la biodiversité de la COP21, sous
l’autorité des conseillers métropolitains, désormais majoritaires au Sagyrc.
4/ Le Sagyrc doit étudier sérieusement les retenues collinaires qui stockent plus

d’eau que le barrage à Francheville.
5/ Le Sagyrc doit étudier une meilleure solidarité de toutes les communes pour
garantir une meilleure affectation de l’eau, un bien de plus en plus rare en été.
6/ Le Sagyrc doit actualiser le coût de fonctionnement des retenues collinaires, qui
sera toujours inférieur à celui de barrages.
En conclusion, Francheville attend depuis 20 ans, une protection contre une crue
trentennale.
Souhaitons que « les aménagements promis se réalisent avant la fin du mandat »
comme le président Badoil s’y est engagé, en séance du 28 février 2018.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0