OL: 289,5M€, historique du produit des activités

OL: 289,5M€, historique du produit des activités

Après une forte croissance des produits d’activité déjà enregistrée lors de l’exercice 2016/2017, démontrant la pertinence du nouveau modèle économique mis en place par le Groupe en relation avec la mise en service de son nouveau stade, l’exercice 2017/2018 affiche à nouveau de très bonnes performances financières avec notamment un record historique de produits d’activité et d’EBE, ainsi qu’un ROC et un résultat net positifs pour la troisième année consécutive.

RECORD DES PRODUITS DES ACTIVITÉS : 289,5 M€ (+39,5 M€, +16%)

Les produits des activités, qui s’élèvent à 289,5 M€ en 2017/2018 (250,0 M€ en N-1), ont atteint, pour la seconde année consécutive, un plus haut niveau historique, portés par les produits de cession de contrats joueurs et l’activité « Events ».

L’excellence de l’Academy OL, source de création de valeur et de récurrence de revenus, a été une nouvelle fois récompensée avec des produits de cession de contrats joueurs, principalement liés à des joueurs issus du centre de formation (72% du total), qui s’établissent à un record historique de 125,3 M€ (dont 50,1 M€ pour le seul transfert d’Alexandre Lacazette à Arsenal en juillet 2017). Les revenus de trading démontrent une nouvelle fois le savoir-faire de l’Academy : au total, sur les 5 derniers exercices, la récurrence de cette activité a permis de générer, en moyenne, près de 52 M€ de revenus sur une base annuelle.

Les produits des activités hors contrats joueurs s’établissent à 164,2 M€ pour l’exercice 2017/2018 (198,3 M€ en N-1). Cette variation provient essentiellement du différentiel de compétition européenne jouée (Europa League en 2017/2018, Champions League en 2016/2017) qui génère une baisse importante des revenus de droits TV UEFA (-35,4 M€ vs N-1) et, dans une moindre mesure, des revenus de billetterie Europe (-7,3 M€ vs N-1).

L’activité « Events » progresse de 70% sur l’exercice pour s’établir à plus de 15 M€, portée par la forte croissance de l’activité « Grands événements » dont les revenus s’élèvent à 11,4 M€ au 30 juin 2018 (5,1 M€ en N-1, +124%). Cette performance résulte d’une programmation particulièrement dense et prestigieuse au cours de l’exercice avec notamment un concert de Céline Dion, un match de rugby (France/All Blacks), la finale de l’UEFA Europa League, deux demi-finales du TOP 14 et un match de préparation de l’équipe de France de football à la Coupe du Monde en Russie (France/USA).

RECORD D’EXCÉDENT BRUT D’EXPLOITATION : 73,9 M€ (+45% VS N-1 ET 26% DU CA)

L’Excédent Brut d’Exploitation s’établit à 73,9 M€, en forte progression par rapport à l’exercice précédent. L’EBE bénéficie du niveau particulièrement élevé des produits de cession des contrats joueurs (100% de marge pour les joueurs issus de l’Academy OL) qui permet de compenser l’absence de participation à la Champions League en 2017/2018.

L’EBE représente 26% du total des produits des activités (20% en N-1). Sur 3 ans, depuis l’ouverture du nouveau stade, l’EBE cumulé s’élève à 177 M€.

Les achats et charges externes sont en légère baisse sur l’exercice (78,9 M€ en 2017/2018 contre 79,6 M€ en N-1), soit 27% du total des produits, traduisant les efforts d’optimisation des charges.

Les frais de personnel s’établissent à 115 M€, en progression maîtrisée de 5%. Le ratio « Charges de personnel/Produits des activités » s’établit à 40%, en ligne avec les objectifs du Groupe (< à 50%).

Le résultat opérationnel courant (ROC) demeure à un niveau élevé, et s’établit à 25,2 M€ en repli de 5,4 M€ par rapport à N-1. Cette évolution reflète notamment des amortissements et provisions nettes sur joueurs en progression (23,3 M€ contre 13,7 M€ en N-1) en relation avec le trading de l’été 2017.

FORTE PROGRESSION DU RÉSULTAT NET PART DU GROUPE QUI EST POSITIF POUR LE 3EME EXERCICE CONSÉCUTIF : 8,0 M€ (+3,4 M€, +72%)

Le résultat financier s’établit à -13,3 M€, en amélioration de près de 10 M€ par rapport à l’exercice précédent (-23,2 M€ en N-1), traduisant notamment l’impact positif du refinancement de la quasi-totalité de la dette du Groupe finalisé en juin 2017 (réduction du coût de la dette de 6,4 M€ vs N-1).

Le résultat avant impôt est en nette progression (+61%) et s’établit à 11,9 M€ (7,4 M€ en 2016/2017).

2/ UN BILAN SOLIDE

Les capitaux propres sont en progression et s’établissent à 257,9 M€ (y compris intérêts minoritaires) au 30 juin 2018, contre 249,2 M€ au 30 juin 2017.

L’endettement net de trésorerie (y compris créances et dettes nettes sur contrats joueurs) est stable au 30 juin 2018 à 173,4 M€ (174,2 M€ au 30 juin 2017). Conformément au plan d’amortissement de la dette long terme relative au stade, un montant de 8,1 M€ a été remboursé au cours de l’exercice.

À l’actif, la valeur nette comptable des contrats de joueurs progresse de +34,8 M€ pour s’établir à 81,8 M€ contre 47,0 M€ en N-1, en relation avec le trading de l’été 2017.

Au 30 juin 2018, la valeur de marché de l’effectif professionnel masculin est estimée à 378,3 M€* contre 208,5 M€ un an plus tôt (+81%), générant un niveau élevé de plus-values potentielles relatives à l’actif joueurs de près de 300 M€.

*valeur marché OL, basée sur Transfermarkt et CIES au 30 juin 2018

3/ PERSPECTIVES

Le Groupe poursuit sa stratégie qui s’appuie sur les piliers fondamentaux que sont l’exploitation de ses infrastructures et l’Academy OL, productrice de jeunes talents et source de plus-values.

Une activité portée par des ambitions sportives élevées

Pour l’exercice 2018/2019, le Groupe bénéfice d’ores et déjà d’une très bonne visibilité sur la croissance de ses revenus grâce à, d’une part, sa qualification à la phase de groupe de Champions League générant mécaniquement une hausse des revenus de billetterie Europe et de droits TV UEFA, et, d’autre part, la hausse de 33% du montant global des droits TV UEFA pour la période 2018-2021.

À moyen terme, le Groupe devrait également bénéficier des résultats de l’appel d’offres des droits TV de Ligue 1 de mai dernier qui entrera en vigueur à compter de la saison 2020/2021. Ces droits, qui s’élevaient à 726,5 M€/an pour la période 2016-2020, ont été attribués au Groupe Mediapro pour 1 153 M€/an pour la période 2020-2024, soit une hausse globale de près de +60%.

À moyen terme, OL Groupe confirme sa stratégie centrée sur une performance sportive élitiste récurrente de ses équipes professionnelles et son centre de formation, producteur de jeunes talents et source importante de création de valeur.

Poursuite du développement et renforcement de l’attractivité du pôle urbain autour du Groupama Stadium avec OL City

Le Groupama Stadium est aujourd’hui devenu une référence internationale en matière d’organisation sportive et événementielle. Au-delà du développement de l’activité « séminaires » qui se confirmera de nouveau pour l’exercice 2018/2019 avec l’accueil prévu de plusieurs séminaires de grande ampleur, le Groupama Stadium continuera d’accueillir de grands événements, tels que les concerts d’Ed Sheeran les 24, 25 et 26 mai 2019, un concert Stars 80 le 1er juin 2019 ou les demi-finales et la finale de la Coupe du Monde féminine de football les 2, 3 et 7 juillet 2019.

Le développement du complexe OL City autour du Groupama Stadium se poursuit avec l’ouverture de l’hôtel Kopster du Groupe Lavorel le 1er octobre 2018, l’avancement des travaux de construction du pôle médical (ouverture prévue mi-2019), des immeubles de bureaux « Les Loges » (ouverture prévue au 3e trimestre 2019) et du centre de loisirs (ouverture prévue à l’automne 2020). Ces activités connexes, pour la plupart portées par des tiers, contribueront à renforcer l’attractivité du pôle urbain « OL City » avec un objectif de 3 millions de visiteurs par an sur le site (1,4 million en 2017/2018).

Par ailleurs, OL Groupe a créé sous le nom d’Offside Gallery en collaboration avec le collectif lyonnais Birdy Kids, une galerie d’art urbain sur les murs du Groupama Stadium qui propose une vingtaine d’œuvres d’artistes venus du monde entier et permet d’ouvrir l’art urbain au grand public.

Le Groupe s’attache également à accroître la rentabilité de son exploitation, par une optimisation de ses charges de fonctionnement et de ses coûts d’organisation, tout en maintenant l’expérience client au cœur de ses priorités.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0