Plastipolis confiant dans la course au Label de l’État pour la profession

Plastipolis confiant dans la course au Label de l’État pour la profession

À l’heure où les industriels des plastiques et des composites doivent relever le défi d’une économie circulaire, le pôle de compétitivité Plastipolis vient de remettre sa copie à Bercy. « Les enjeux pour la profession sont majeurs, car c’est l’avenir de la filière qui se joue : à la clef, des financements nationaux pour accompagner des PME dans des projets collectifs d’innovation…», souligne Emmanuelle BOUVIER, Présidente de Plastipolis.

Plastipolis : un nouveau périmètre national en cohérence avec la filière

Le projet de Plastipolis est l’unique déposé pour la plasturgie et les composites. « Il s’inscrit dans la politique industrielle futuriste de la filière, dans un contexte où les industriels vont devoir faire évoluer fortement leurs modes de production et leurs technologies pour répondre à la demande qui exige plus de frugalité : moins de matière, moins d’énergie, moins de déchets, etc. » poursuit-elle. Plastipolis élargirait son périmètre d’action à l’échelle nationale, en intégrant dans sa réflexion les syndicats professionnels de l’ouest et du nord du pays. Le pôle de compétitivité renforcerait ainsi ses liens avec la filière, avec la Fédération de la Plasturgie et des Composites, les syndicats régionaux et nationaux, et le Centre Technique Industriel IPC. Cela lui permettrait de monter des projets pour les entreprises et les accompagner dans la conquête de nouveaux marchés.

« C’est une véritable montée en puissance pour la profession que de travailler tous ensemble. Et ce, tout en renforçant les coopérations avec les autres clusters européens. Notre réseau est l’un des plus importants et notre capacité à travailler sur des projets européens a fait ses preuves, ce qui nous autorise à porter une ambition nationale forte », souligne Emmanuelle BOUVIER.

La nouvelle feuille de route de Plastipolis

Plastipolis se recentre sur ses métiers et sur la filière, en renforçant les partenariats existants et en identifiant les acteurs clés à partir d’un réseau déjà constitué de plus de 400 adhérents, dont 250 entreprises. De par les nombreux projets de R&D déployés en Europe et la collaboration avec des clusters internationaux, le projet prévoit un développement du rayonnement à l’international.

La feuille de route de Plastipolis s’articule autour de 5 domaines stratégiques forts, alignés avec les enjeux et préoccupations de la profession, dans une perspective de plasturgie adaptée à l’économie circulaire.

Trois premiers domaines : matériaux polymères fonctionnels et composites, procédés avancés de production, produits intelligents, auxquels s’ajoutent deux transversaux : la gestion efficace des ressources et l’usine numérique.

Le volet sur la gestion efficace des ressources prévoit de développer des solutions de recyclage pour les emballages multicouches, de développer des process et des technologies

de traitement et revalorisation des déchets plastiques « post-consumers », et de développer les technologies biosourcées et/ou biodégradables.

Le soutien de la Fédération et des industriels

« Dans la plasturgie et les composites, il y a un grand nombre de PME. Nous soutenons la candidature de Plastipolis. Leur mission, qui consiste à détecter des PME pour les conduire vers des actions collaboratives innovantes et à rédiger les accords du consortium, est essentielle pour la profession », explique Benoît HENNAUT, Président de la Fédération de la Plasturgie et des Composites.

La labellisation apportera des fonds aux entreprises pour les accompagner dans leur transition vers l’économie circulaire. « Notre feuille de route est alignée avec les besoins et les attentes de nos adhérents. C’est pourquoi nous recevons un fort appui des entreprises de la filière comme Plastic Omnium, Schneider, Hexcel ou encore le Groupe Barbier. », conclut-elle.

Plastipolis est le seul pôle de compétitivité français entièrement dédié aux secteurs de la plasturgie et des composites. Il a pour mission de détecter les besoins des entreprises, en particulier les PMEs, pour les conduire vers des actions collaboratives, susciter plus d’innovation et faire émerger de nouveaux projets de R&D. L’ouverture à d’autres secteurs industriels et à la coopération internationale est aussi au cœur de ses missions. Le pôle Plastipolis coordonne des projets d’innovation autour d’une feuille de route actualisée périodiquement et centrée sur les enjeux technologiques majeurs pour l’industrie de la plasturgie tels que l’industrie du futur ou l’économie circulaire.

Crée en 2005, Plastipolis travaille au service de plus de 400 adhérents dont 250 entreprises, 95 centres de R&D et formation, 60 institutionnels et partenaires, 4 000 contacts industriels et scientifiques, 175 projets financés pour 450 M€ d’investissement R&D et associant 280 entreprises différentes.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0